mavic pro

Le père Noël a été gentil ? Vous avez craqué et enfin acheté ce drone dont vous aviez tellement envie ? Cool ! Mais comment bien se lancer et éviter de détruire votre nouveau copain ?

tortue-genialeÇa faisait un moment que je me disais « Si seulement ils pouvaient sortir un drone avec une caméra de bonne qualité, qu’on peut glisser facilement dans un sac à dos, et partir en rando sans avoir l’impression d’être Tortue Géniale dans Dragon Ball »

Et là, est arrivé le DJI Mavic Pro :  Mensurations poids plume (198 mm X 83 mm  X 83 mm pour  734g) qui le rendent pas plus encombrant qu’un appareil photo reflex avec 1 objectif monté, une caméra 4K, et une autonomie de vol de 20 minutes environ.

J’ai donc craqué, comme beaucoup de monde, pour ce concentré (c’est le cas de le dire) de technologie, et je pense que je vais bien m’amuser avec au cours de mes sorties outdoor.

Je pourrais m’extasier sur sa compacité, sa télécommande tout aussi peu encombrante que le drône lui même, sa prise en main et les multiples modes de prises de vue, mais le sujet a déjà été abordé à de multiples reprises, dans des vidéos de « unboxing » sur YouTube et différents tests techniques

Je vais donc plutôt partager avec vous, sans prétentions, les quelques étapes que j’ai suivies pour bien démarrer avec mon drone photo.

Je vous invite aussi à lire le test enthousiaste de François du blog Un sac sur le dos, qui a lui aussi craqué pour le Mavic Pro.

Je ferai peut être d’autres articles sur l’utilisation d’un drone multi-rotor, mais voilà déjà quelques conseils pour bien débuter. Certains réglages sont spécifiques au Mavic Pro mais la majeure partie de ce que je vais dire est applicable à tous les drones.

mavic pro

1) RTFM

Pour les non développeurs/geeks , RTFM = Read The Fucking Manual (Lisez le putain de manuel). C’est en général ce qu’on répond à quelqu’un qui vous pose une question à laquelle il aurait pu répondre tout seul, s’il avait pris le temps de lire les informations basiques à sa disposition. je répèterais ce RTFM à plusieurs reprises dans l’article.

Ce conseil peut sembler idiot ou évident, mais vu le nombre de vidéos qu’on voit sur internet de personnes qui fracassent leur drones vidéo tout neufs dès le premier vol, parce qu’elles ne savent manifestement pas gérer les commandes, on se demande si elles l’ont vraiment payé…

Ne faites comme ces gens, résistez à la tentation, prenez le temps de lire et vérifiez particulièrement deux points :

La fonction « Retour à la base »

(Return to Home ou RTH en anglais), elle permet de rappeler le drone vers son point de décollage en cas de problème si par exemple vous ne le voyez plus ou avez perdu le contrôle, etc.

Tous les drones récents en ont une. Il peut s’agir dune séquence de commandes, ou d’un bouton à appuyer. Sur le DJI Mavic Pro, il suffit d’appuyer sur un bouton de la télécommande pour déclencher le retour. Cette fonction peut vous sauver la mise, et éviter la perte de vue voire le crash de votre drone, donc mémorisez là bien.

Le deuxième point à étudier est tout simplement le démarrage.

le démarrage du drone.

Commencez par faire une mise à jour du logiciel du drone et de l’application qui le commande car souvent les drones n’ont pas la toute dernière version lorsqu’ils sont expédiés et les mises à jour sont régulières. dans le cas du Mavic Pro, il est possible de faire la mise à jour du firmware via l’application DJI GO4 sur votre smartphone, ou le logiciel DJI Assistant sur PC ou Mac. A noter que DJI Assistant vous propose de calibrer aussi les différentes caméras et détecteurs du Mavic.

Pour la mise en route en elle même, de manière générale il vaut mieux démarrer la télécommande en premier pour des raisons de sécurité pour être prêt à « rattraper » le drone en cas de problème, mais là encore je vous dis RTFM.

Assurez vous que le drone a bien récupéré la connexion avec les satellites (si vous êtes en mode débutant il refusera de décoller sans, de toute manière), puis RTFM sur la procédure de décollage.

Pourquoi c’est important d’attendre les satellites AVANT de décoller ? Tout simplement pour être capable de suivre votre engin en cas de problème et aussi rapport à la fameuse fonction RTH : Imaginez que vous allumez votre drone près d’une plage, et le faites décoller sans attendre en direction de la mer pour prendre une jolie vue de la baie. Qu’est ce qui peut se passer ?

Au moment où votre drone va trouver sa connexion, il sera déjà au dessus de l’eau et enregistrera probablement ce point comme son point de départ… Je vous laisse imaginer le désastre lorsque vous allez appuyer sur le bouton RTH et que votre drone ira, en toute bonne foi, se poser au milieu des vagues… 30 secondes de patience peuvent éviter ça.

mavic pro

Une dernier point sur la fonction RTH qui fait paniquer les pilotes débutants : Dans les paramètres du drone, on peut spécifier une altitude pour la fonction RTH qui peut aller en moyenne de 30 à 150m. Aussi intelligent et bardé de capteurs qu’il soit, le Mavic reste un ordinateur et ne ne peux pas gérer toutes les collisions et situations un peu tordues. Donc lorsque vous appuyez sur le bouton RTH, le Mavic va grimper jusqu’à l’altitude qui a été paramétrée dans le but de se mettre en sécurité et avoir le moins de chances de rencontrer un obstacle pendant son retour. Il ne redescendra que pendant a phase d’atterrissage.

Cette fonction fait souvent paniquer les pilotes novices car après avoir appuyé sur le bouton pour le rappeler, ils voient leur appareil grimper en flèche vers le haut, pensent qu’il a bugué, et se mettent à agiter les commandes. Ne paniquez pas, votre drone se met juste en sécurité  pour revenir.

Prenez les commandes

Ça va sans dire normalement, mais le Mavic Pro n’est PAS un jouet (surtout vu son prix), et lorsque ces hélices démarrent je peux vous assurer qu’on en prend conscience et se rappelle qu’il peut aller jusqu’à plus de 60km/h.
Même s’il s’agit d’un drone super fiable qui a un mode de vol super stable (mode trépied et indoor) ne faites pas les cons : ne volez pas à l’intérieur à moins que la pièce ne soit quasi vide ou de vouloir flinguer votre Mavic, votre mobilier, voire vous même au passage (4 hélices en marche = 4 hachoirs, pensez-y pour vous et les autres !).

Une fois que vous avez décollé, à un endroit dégagé donc, prenez le temps de « sentir » les commandes de votre drone et de voir comment il réagit. Volez en cercles, en carrés, dessinez des 8, etc, pour vous familiariser avec le comportement et la puissance du drone.

Au début on a tendance, dès qu’on voit son appareil partir un peu trop dans une direction, à surcompenser en écrasant les commandes dans la direction opposée. C’est une erreur. Il faut se détendre et y aller par petites touches et compenser doucement.

Quelques réglages de bases pour le Mavic Pro

En utilisant l’application DJI Go4 on a accès à de nombreux réglages pour paramétrer son Mavic Pro. En voici quelques uns pour bien démarrer.

Activer le nommage continu des fichiers :

capture ecran dji GO4Dans les réglages de l’appareil photo/caméra réglez le paramètre « mode d’indexation » sur « continue ». Cela signifie que votre drone créera des fichiers nommés DJI01, DJI02, etc et gardera en mémoire à quel numéro il était, même après que vous ayez vidé la carte. Si cette option n’est pas réglée sur le mode continu, il reprendra la numérotation à 01 à chaque vidage de carte, ce qui peut vous poser problème et vous risquez d’écraser des fichiers existants en les copiant sur votre ordinateur.

Sur cette capture je vous conseille aussi d’activer la grille. Ça aide pour composer les photos et cadrages vidéo.

Adoucir les mouvements de la nacelle de la caméra:
Avec les réglages par défaut, la nacelle a tendance à avoir des mouvements assez secs façon Robocop :

robocopPour fluidifier un peu tout ça, et que la nacelle termine ses mouvements en douceur utilisez les réglages suivants :

capture ecran dji GO4

Voir où est le focus:
Il y a eu des polémiques au sujet du Mavic Pro et du fait que ses photos/vidéos n’étaient pas corrects car la caméra faisait mal le focus, le Mavic permet de choisir sur quoi il fait le focus en touchant l’image du retour vidéo sur son smartphone. le souci est que sur des écrans aussi petits il n’est pas toujours facile de savoir su quoi on a fait le focus. Il y a une petite astuce : Dans les réglages, cherchez le paramètre « seuil optimum de focus » et réglez le à 90%. désormais, ce sur quoi le Mavic fait le point sera mis en évidence par des contours rouges sur le retour vidéo de l’application.

Voici un exemple :
J’ai placé une figurine Batman près de la caméra du Mavic et une figurine Joker en arrière plan.
Sur la première image, le point est fait sur Batman. Dans la seconde image, c’est le joker qui a le focus.

capture ecran dji GO4

Batman net, Joker flou

capture ecran dji GO4

Batman flou, Joker net

En activant l’option expliquée ci-dessus, on obtient la visualisation suivante :

capture ecran dji GO4

Batman net, Joker flou

capture ecran dji GO4

Batman flou, Joker net

On voit bien mieux le sujet sur lequel est fait le focus. Évidemment les traits rouges n’apparaissent pas sur l’image/vidéo finale et c’est un moyen rapide de vérifier que le point est fait au bon endroit.

Si vous avez d’autres réglages de démarrage à proposer, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

3 réponses
  1. Laponico
    Laponico dit :

    Il me fait grave envie le Mavik…j’ai le Phantom 3, qui est bien trop encombrant !
    Sinon, je viens de publier un article qui peut être complémentaire au tiens, sur « comment débuter ». Car comme tu le dis, crasher un drone à 1500€, ça fait mal: de mon côté, je m’étais acheté un petit drone à 20€, histoire d’apprendre à le manier, et ne pas être dépendant des assistances du P3. C’est con, mais envoyer le drone loin, le voir, le suivre, lui faire faire certaines manoeuvres, c’est pas si simple, surtout en urgence (ça m’est arrivé plusieurs fois).
    Si ça t’interesse (ou tes lecteurs) :
    http://www.thegoodtroll.fr/drone-cheerson-cx-10/

    Répondre
    • Eric
      Eric dit :

      Je suis complètement d’accord avec toi au sujet des manœuvres de base. J’ai même failli écrire dans l’article pour le décollage : « Au début, décollez et… ne faites rien ! Contentez vous de fixer votre drone pendant 30 secondes environ pour vous projeter sur lui. Ensuite seulement commencez à faire des mouvements simples » :D
      J’aime bien ton article sur le Cheerson. C’est une très bonne idée aussi pour démarrer de prendre un tout petit drone pour se familiariser avec les commandes. par contre il faudra faire attention car d’une marque à l’autre les commandes channge parfois, et l’inertie n’est pas la même entre un Cheerson et un Phantom 3 :D

      Répondre
      • Laponico
        Laponico dit :

        Normalement la majorité des drones sont en mode 2 (gaz à gauche, direction à droite), et après effectivement l’inertie est différente, la vitesse aussi, et là par exemple j’ai eu un racer (qui peut monter à 150 km/h), je peux te dire que malgré mon « expérience », c’est galère à piloter :-)
        Mais avoir de bonnes bases c’est essentiel, car si d’une part tu risques de le perdre, ce qui serait chiant, mais qu’en plus pour X raison tu blesses quelqu’un, les problèmes ne sont plus les mêmes. Ca reste de grosses machines qui peuvent être dangereuses (cet été je me suis bien coupé le bras en tentant une manoeuvre que je n’aurais surement pas réussie – enfin presque – si je n’avais pas eu des reflexes de base ).
        Bon sinon je rêve du Mavik…

        Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.