eric-shooting-01

Quelques réflexions sur la pratique de la photo en voyage.

Pour ce premier article sur la pratique photo, j’ai envie  de partager avec vous quelques citations de photographes célèbres qui peuvent nous aider à améliorer nos photos de voyage.

Si d’autres vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à partager en commentaire :)

Robert Capa : « Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près »

Bon, ok, Robert Capa à prononcé cette phrase en rapport avec son style, à savoir prendre en photo des êtres humains, au plus près, dans des moments décisifs, face au danger, voire face à la mort, mais reste valable pour de la photo de voyage ou la photo en général.
Les appareils photo actuels proposent des zooms de plus en plus puissants et on peut être tenté de rester loin du sujet qu’on photographie et zoomer. Ca peut être intéressant dans le cadre de la photo de rue, où le sujet risque d’être moins naturel s’il nous voit pointer un appareil sur lui, ou s’il s’agit d’un moment qui ne va pas se reproduire. Mais il vaut mieux s’approcher pour plusieurs raisons :
Sortir de sa zone de confort : Si le sujet qu’on photographie est une personne, ça peut être intéressant de s’approcher, s’intéresser, demander la permission de prendre une photo. A part un non, qu’est-ce-qu’on risque ? Un oui :)
Le fait de se confronter aux autres et de prendre le risque d’un refus, augmente l’assurance. L’appareil peut même devenir un outil pour se rapprocher des autres, engager la conversation. Et plus on le fait, plus ça devient naturel, et ça peut être l’occasion de conversation et rencontres humaines intéressantes.
– Par ailleurs si pour nous qui prenons la photo, ça devient un moment agréable, ça l’est aussi pour la personne en face. Beaucoup de personnes à qui on demande gentiment sont heureuses car on s’intéresse à ce qu’elles font et ça leur donne aussi l’occasion de discuter.

Donc n’hésitez plus ! Approchez vous ! demandez et prenez votre sujet en photo, plein cadre :

 portrait-venise-01

Ansel Adams : « Il n’y a rien de pire qu’une image nette d’une idée floue. »

Là encore, nos appareil photos numériques modernes sont peut être la cause du problème. Avec une carte mémoire, même de faible capacité, on peut prendre des centaines de photos sans se soucier de la place qu’elle prennent, et on se dit qu’on triera plus tard. On est bien loin du temps où on était tous contraints à 36 poses par pellicule et qu’il fallait vraiment bien réfléchir avant de déclencher.

Alors, oui, le numérique permet du coup de tenter des choses, de se tromper, d’essayer plusieurs point de vue assez similaires d’un même endroit, mais je vous invite aussi à reprendre l’habitude de bien réfléchir votre photo avant de la prendre. Pourquoi avez vous envie de la prendre ? Qu’est ce que l’endroit vous inspire ? Comment pouvez-vous faire passer ce que vous ressentez dans votre photo ? N’y a-t-il pas un meilleur point de vue si vous vous décalez juste de 2mètres ? etc.

Avant de lever l’appareil, observez ce que vous voyez et prenez le temps de vous poser quelques questions. Parfois au final vous ne prendrez pas la photo, parfois vous vous déplacerez, mais votre manière de penser la photo sera différente. Vous commencerez à ne prendre que des photos qui comptent vraiment pour vous, et que vous conserverez. Ca vous fera aussi moins de tri après coup.

Pour pousser la réflexion un peu plus loin, vous pouvez pratiquer l’exercice suivant : La prochaine fois que vous sortirez faire une balade avec votre appareil, limitez vous à 36 photos, soit l’équivalent d’une pellicule. Vous vous rendrez compte que le nombre limité de poses disponibles vous rendra beaucoup plus sélectif sur ce que vous prenez en photo et sur votre manière d’y réfléchir.

Et pour finir sur ce point, quelques conseils de composition de la part de Steve Mc Curry, tout en se rappelant que ces règles sont des bases de réflexions, et sont aussi faites pour être transgressées. Ce qui compte avant tout, c’est de vous faire plaisir :

Peter Adams : « Un appareil photo n’a jamais fait une grande image, pas plus qu’une machine à écrire n’a jamais fait un grand roman. »

Cette citation n’a quasiment pas besoin d’explication, et elle rejoint un peu la précédente. Ce n’est pas l’appareil photo et son nombre de mégapixels qui font les photos, mais vous, et le meilleur appareil photo, c’est celui que vous avez avec vous, qu’il s’agisse d’un compact, d’un reflex ou d’un smartphone.

Inutile donc de courir derrière le dernier appareil à la mode en pensant qu’il fera de vous un meilleur photographe et ramènera de meilleur souvenirs de vos aventures. Ca m’est déjà arrivé en voyage de tomber sur des gens qui se promenaient avec un Canon 5D Mark III, réglé en tout automatique et qui n’avaient manifestement aucune idée de ce qu’ils faisaient avec, en terme de réglages. Autant avoir un compact ou un bridge..

On ne prend un appareil plus performant que parce qu’on maîtrise l’actuel ET que celui-ci a des limites techniques par rapport à ses besoins.

Les appareils standards suffisent à couvrir la plupart des besoins photographiques. Si je reprends mon propre exemple, j’ai commencé la photo avec un compact Lumix. Lorsque j’ai eu envie d’avoir plus de contrôle sur ce que je faisais (notamment avoir les modes semi-débrayés priorité à la vitesse, ou priorité à l’ouverture) j’ai acheté un bridge Lumix qui m’a servi pendant plusieurs années. Et lorsqu’à nouveau je me suis senti limité techniquement par l’appareil, je suis passé au reflex Canon 70D (Mon changement a même été accéléré car je me suis fait voler mon bridge..). Pour le moment il me donne satisfaction sur le plan technique et créatif, et je pense que j’en achèterai un full-frame plus avancé quand j’aurai un peu avancé sur le plan professionnel.

Je vous propose à ce sujet de regarder cette vidéo d’Arnaud Thiry qui explique très bien cette problématique.

chamonix

J’aime beaucoup cette photo. Pourtant, je l’ai prise avec un Iphone 4, pas avec un reflex

Jean Delacour : « Les touristes découvrent sur leurs photos les sites qu’ils avaient renoncé à regarder pour trouver le temps de les prendre. »

Cette citation, un peu plus philosophique que les autres, est surtout une manière de rappeler qu’il ne faut pas oublier de vivre l’instant présent pendant nos voyages.

Parfois trop occupé à essayer d’immortaliser notre voyage ou notre expérience, on peut en oublier de la vivre véritablement.
Il faut donc laisser de temps en temps son appareil de côté, et se contenter d’ouvrir les yeux et graver dans sa mémoire ce qu’on est en train de vivre.

John Stuart Mill : « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard ».

En voyage, parfois, pour faire les photos que vous avez en tête il faut anticiper, se lever plus tôt pour avoir moins de monde devant le monument que vous pensez prendre en photo,

En revanche, il ne faut pas oublier que ce qui compte aussi, eh bien, c’est le « voyage » dans son ensemble, et de rester ouvert aux opportunités qui se présentent en route.

Ne restez pas focalisé sur une idée que vous avez en tête, au risque de rater d’autres opportunités en route. En bref, ayez une idée des choses que vous recherchez, mais ne vous mettez pas des oeillères non plus. Restez attentif et ouvert à ce qui se passe autour de vous.

Ce sont dans les situations les plus banales que de belles opportunités d’images se révèlent.

Voici une vidéo où Steve Mc Curry explique bien cette idée du « rester attentif » :

 

J’espère que ces citations vous auront apporté quelques éléments de réflexion. Si vous avez des remarques ou que d’autres citations de photographes vous viennent à l’esprit, partagez les en commentaires :)

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.