Hierve el Agua

[box type= »shadow » align= »alignleft » ]Dans l’écho des marcheurs, j’ai l’habitude de partager les aventures d’autres voyageurs à travers des présentations et des petites interviews. Mais s’ils ont envie, je leur laisse aussi la plume pour partager avec nous leur carnets de route et souvenirs.
Pour ce premier carnet, j’ai eu envie de donner la parole à ma sœur, Patricia Grange, auteure, alias Mariposa, « poète aux pieds ailés » (décidément on a tous les pieds ailés dans la famille) qui va nous emmener au Mexique, à Oxaca. C’est le dernier volet d’un carnet de route en 3 parties, une pour chaque jour du voyage.
La première partie  du carnet : Mariposa à Oaxaca
La deuxième partie  du carnet : Mariposa dans les vallées centrales

Vous pouvez la retrouver aussi sur internet :
Son Site Internet : www.patriciagrange.fr
Son Blog : http://www.papillonsdemots.fr
[/box]

Jour 3

Dimanche matin. Réveil calme. Pas de secousse.

Mais lever tôt car j’avais rendez-vous avec une amie au Zocalo à 9h30 pour aller à Monte Alban.
Monte Alban (littéralement Montagne Blanche) est un site également situé à 2000m d’altitude, à 10 km de Oaxaca, ancienne cité témoin de l’apogée de la civilisation zapotèque, avant qu’elle ne soit conquise par les Mixtèques. Vous me direz « Encore des pyramides et des pierres ? » Et je vous répondrai : « Oui, mais différentes ! »

Monte Alban - Galeria de los Danzantes

Monte Alban – Galeria de los Danzantes

Il y a plusieurs pyramides qui forment presque un rectangle et de là-haut, la vue est vraiment superbe. J’ai particulièrement aimé la Galerie des Danseurs (Galeria de los Danzantes), ensemble de stèles sur lesquelles les Zapotèques avaient gravé des bonshommes en mouvement. Elle est assez drôle. Ce fut une promenade sympathique, en particulier, pour la vue sur Oaxaca que l’on a de là-haut …

On a juste eu un moment de panique dans le bus à l’aller, entre Oaxaca et Monte Alban. Le bus est parti plein à craquer de Oaxaca. Et à mi-chemin, dans la montagne, il y a un groupe d’une vingtaine de jeunes Français  qui lui a demandé de s’arrêter et s’y est agglutiné, debout, dans le couloir. Alors, je ne vous dis pas, dans un tout petit bus, sur les chemins escarpés de montagne, en bordure de pentes vertigineuses, quand un bus est surchargé, ce que cela donne comme sensations fortes ! On n’était pas fières !
Enfin, bref, tout s’est finalement bien passé et on en a pris plein les mirettes !

Monte Alban - Juego de Pelota

Monte Alban – Juego de Pelota

Au retour à Oaxaca, on a couru vers la rue Mina, rue où il n’y a que des boutiques de chocolat (spécialité de Oaxaca) et notamment la boutique Mayordomo, la plus réputée, que Lalo* m’avait vivement conseillée. Je me suis fait plaisir !

Puis j’ai pris un taxi pour la centrale et pris mon bus de retour à México avec un pincement au cœur. J’ai adoré Oaxaca !

* Lalo : Dimunitif d’Eduardo. Pendant mes six mois de stage au Mexique, j’ai logé dans la chambre d’hôte d’Eduardo Alvarado et de sa famille que je vous recommande chaudement : http://juseduardo.wordpress.com/

Autres informations :
– J’ai écrit le poème Comptine à l’Ahuehuete del Tule, en hommage à l’Arbre del Tule, publié dans mon recueil « Paroles arboricoles – Poèmes animistes »
– Lire aussi le très bel article de Maya Mihindou Au Mexique, sur les traces de Frida Kahlo dans lequel elle aborde en particulier la culture zapotèque et les muxe de Juchitan : http://ragemag.fr/sur-les-traces-de-frida-kahlo-65789/

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.